Les incapacités et l’Église Adventiste du Septième Jour

« J'ai vu qu'il était conforme à la volonté de Dieu que des veuves, des orphelins, des aveugles, des sourds, des boiteux et des personnes affligées de toutes sortes de maux fussent placées en étroits rapports avec son Eglise ; cette présence est utile à la formation du caractère des membres… Si nous pratiquons la vraie religion de la Bible, nous serons conscients de la dette d'amour, de bonté et de sympathie contractée envers le Christ en faveur de ses frères ; et nous ne pourrons pas faire moins que d'exprimer notre gratitude pour son incommensurable amour à notre égard alors que nous étions des pécheurs indignes de sa grâce, en manifestant un profond intérêt et un amour sincère envers ceux qui sont nos frères et qui sont moins favorisés que nous. » -- Ellen G. White, Testimonies for the Church, 3 : 511

Pour une grande partie de son histoire, l’Église Adventiste du Septième Jour a été engagé à porter la bonne nouvelle de Jésus Christ aux quatre coins du monde, n’importe le point géographique, la langue ou la mode de vie. (Vous pouvez lire de plus sur ce sujet dans notre dernier blog). En effet, l’église adventiste prend la Grande Commission très au sérieux.

Pourtant, à l’intérieur des murs de nos églises, il y a un groupe de gens en particulier dont les besoins sont peut-être essentiellement « non atteints » : ceux qui ont une incapacité. Beaucoup de ceux qui ont une incapacité connaissent des barrières, non-seulement dans leurs communautés mais aussi dans leurs églises ; ces barrières peuvent être aussi physiques que sociales. Tandis que beaucoup d’églises ont travaillé pour éliminer les barrières physiques, il y a toujours des barrières structurelles en place qui empêchent les membres avec des incapacités de participer complètement dans la vie de l’église.

En évaluant de nombreux aspects de la vie de l’église et la compréhension des membres des croyances adventistes, le Sondage Global des Membres d’Église de 2017-2018 a aussi rassemblé des informations démographiques importantes sur les membres adventistes à travers le monde. L’un des domaines évalués fut si les membres avaient des incapacités ou étaient Sourds[1]. Des 60 040 sondés :

  • 1,3% étaient Sourds,
  • 2,5% avaient une autre incapacité liée à l’ouïe,
  • 2,2% avaient une incapacité liée à la mobilité,
  • 5,8% avaient une incapacité visuelle,
  • 1,7% avaient une incapacité cognitive,
  • 1,3% avaient une incapacité liée à l’élocution et
  • 2,8% avaient déclarés avoir d’autre type d’incapacité (c.-à-d., « autre »)

 

GCMS 2017-18 Q3, n= 60040

Historiquement, les gens avec des incapacités et les Sourds sont refusés d’occasions de participer complètement dans de divers aspects de la société, y compris dans la vie religieuse et de l’église. [2] Si l’Église Adventiste du Septième Jour est vraiment dévouée à être une église qui recherche l’engagement total de ses membres, nous devons chercher à mieux comprendre, non seulement les défis concernant l’accès physique que font face les gens avec des incapacités et les Sourds, mais aussi chercher à éliminer les exclusions sociales que ces groupes confrontent dans la participation dans la vie de l’église.

La manière dont on comprend l’incapacité influence grandement la manière dont on traite les gens avec des incapacités. [3] Une approche simpliste qui réduit les incapacités à une question morale, médicale ou sociale résultera à une marginalisation supplémentaire. Le model médical de l’incapacité suppose qu’une incapacité est d’une origine biologique ou pathologique et l’individu devient le centre du problème. [4] Par contre, un modèle social de l’incapacité offre une explication de l’incapacité qui aide à reconnaître le rôle de la société dans la création des incapacités. Le passage important de la perception des incapacités comme un déficit individuel à une perception des incapacités en rapport avec les barrières sociétales devrait inciter les congrégations à considérer leur rôle dans l’élimination des barrières qui émergent de la stigmatisation, des hypothèses et des limitations sociales et non pas simplement des restrictions physiques vécues par les personnes avec des incapacités.

L’Église Adventiste du Septième Jour a récemment lancé un nouveau programme de la Conférence Générale nommé Ministères des Possibilités Adventistes  (APM). Le centre de ce programme est sur sept catégories générales : les Sourds, les aveugles, les personnes avec des incapacités physiques, les personnes avec des handicaps mentaux ou émotionnels, les orphelins, les enfants vulnérables, les veufs et les veuves, et les personnels soignants. APM cherche à sensibiliser, accepter et agir pour et avec les personnes avec des incapacités, et maintenir le principe que « Tous sont doués, désirés et précieux ». C’est notre espoir et notre prière que ce nouveau programme commencera de faciliter un changement au sein de l’église adventiste de la part de ceux qui ont des incapacités et des Sourds. En juillet 2020, une réunion historique a pris lieu où près de 200 dirigeants d’APM à travers le monde se sont réunis par Zoom pour développer des stratégies pour chacun des sept ministères. Ces stratégies adresseront non-seulement les barrières physiques ou sociales de l’inclusion dans la vie de l’église, mais elles donneront la priorité à l’engagement des personnes avec des incapacités et les Sourds dans l’approche missionnaire, le développement spirituel et le développement des qualités de dirigeant.

Quand vous considérez la présence de ceux qui ont des incapacités et les Sourds dans votre congrégation, comment pouvez-vous – personnellement – faire des changements pour que ces groupes de personnes ne se sentent pas marginalisés ? Comment votre église locale peut-elle éliminer effectivement les barrières pour ceux qui ont des incapacités, leur permettant de s’engager dans le ministère ? Comment votre église locale peut-elle soutenir le ministère des Sourds ? Quels sont les autres programmes, au-delà de l’APM, que vous pourriez utiliser comme ressources pour inclure et servir dans une manière plus efficace aux, pour et avec ceux qui ont des incapacités et les Sourds ?

« Ouvre ta bouche pour celui qui ne peut pas s’exprimer, pour la cause de tous les délaissés ! Ouvre ta bouche, juge avec justice et défends le malheureux et le pauvre ! » (Proverbes 31 : 8-9)

Pour plus d’information sur le Sondage Global des Membres d’Église de 2017-2018 (GCMS), voir le Meta-Analysis Report.


Créé en collaboration avec l'Institut du ministère de l'Église 


Créé et traduit par l'équipe ASTR


[1] Les Sourds sont considérés comme un groupe culturel avec des langues uniques.
[2] S. Trecartin et T. Trecartin, « Disability and the Church: Removing Barriers to the Kingdom of God » [L’Incapacité et l’église : à l’élimination des barrières à la royaume de Dieu], dans R. Maier (éd.), Church and Society : Missiological Challenges for the Seventh-day Adventist Church [Église et société : défis missiologiques pour l’Église Adventiste du Septième Jour], World Missions Department, Andrews University Theological Seminary, 2015.
[3] J. Smart, Disability, society, and the individual [Incapacité, société et l’individu], 2e éd., Austin, TX : PRO-ED, 2009.
[4] S. Burch et I. Sutherland, « Who’s Not Yet Here? American Disability History » [Qui n’est pas encore là ? L’Histoire américaine de l’incapacité], Radical History Review, 94, 2006, p. 127–147 ; J. Hayes and E. Hannold, « The Road to Empowerment: A Historical Perspective on the Medicalization of Disability » [La Voie à l’autonomisation : une perspective historique sur la médicalisation d’une incapacité], Journal of Health and Human Services Administration, 30, 2007, p. 352–377.